My Renault

Renault s’engage pour la Terre

Ellen MacArthur n’est pas seulement une navigatrice qui a marqué l’histoire de son sport, c’est aussi une écologiste convaincue et une militante qui souhaite apporter une solution aux défis qui menacent notre environnement. Un engagement que Renault partage également en souhaitant mener la mobilité vers un futur toujours plus propre. Rien d’étonnant donc à ce qu’un partenariat soit né de cet objectif commun il y a près de 10 ans et continue de se développer aujourd’hui.

Dix ans déjà…

Le talent d’Ellen MacArthur sur un bateau n’est plus à démontrer, avec notamment une victoire lors de la Route du Rhum en 2002 doublée d’un nouveau record et de belles deuxièmes places à l’occasion des très courtisées courses du Véndée Globe ou de la Transat Jacques-Vabre. Mais la navigatrice est aussi une femme de combats. Le sien, tenter de répondre aux défis climatiques que nous rencontrons, notamment via la Fondation Ellen MacArthur. Depuis 2007, Ellen et Renault avaient déjà des contacts poussés, mais c’est en 2009 que les choses ont réellement bougé. Séduit par son projet, Renault et quatre autres groupes deviennent membres fondateurs de la Fondation Ellen MacArthur, dont le lancement public aura finalement lieu en septembre 2010.

L’objectif de la fondation

Renault et la Fondation s’appuient sur un constat simple. Face à des ressources limitées, il est nécessaire de mieux les exploiter. Et face à un environnement de plus en plus éprouvé, il est nécessaire de mieux le protéger. Deux défis auquel la mise en place d’un modèle d’économie circulaire répond. Un concept de plus en plus envisagé par de nombreuses entreprises face aux problématiques qu’elles rencontrent, mais sur lequel Renault travaille depuis longtemps déjà.

Économie circulaire ?

Pour faire simple, l’économie circulaire consiste à concevoir un modèle d’économie qui tourne en boucle. Et ne génère par conséquent pas, ou peu, de déchets. On pourrait le résumer ainsi : extraction -> fabrication -> usage -> recyclage. De nombreux autres facteurs entrent bien sûr en compte comme le transport, tout particulièrement lors d’un processus de fabrication aussi complexe que celui d’une voiture. Mais l’important est d’arriver à un point où le taux de gaspillage est proche de zéro. Cerise sur le gâteau, des études menées par la Fondation ont prouvé qu’il est possible de chiffrer les bénéfices de la transition vers une économie circulaire. Un argument de poids !

Renault, fondateur ou acteur ?

Renault ne compte pas rester les bras croisés et participe activement à la réalisation des objectifs de la Fondation. Ensemble, les deux partenaires stimulent la recherche de nouvelles solutions techniques, processus et modèles économiques circulaires. Et en interne, le Groupe développe également sa communication dans l’objectif de sensibiliser l’ensemble des collaborateurs et actionnaires, mais aussi des décideurs économiques. De plus, Renault et la Fondation Ellen MacArthur viennent de redonner un nouvel élan à leur partenariat en prenant de nouveaux engagements en faveur de l’économie circulaire. Ainsi les principes de l’économie circulaire devraient intégrer le mode de fonctionnement à l’international, ce qui va notamment passer par le déploiement sur le cycle de vie de la batterie électrique et les nouvelles offres de mobilité. Affaire à suivre…

² ²

Parrainez un ami !

Vous n'avez pas accès à ce formulaire.